Que fait la France pour les territoires palestiniens ? [ar]

La France figure parmi les principaux contributeurs d’aide aux Territoires palestiniens. Elle y a consacré près de 40 M€ en 2015 (394 M€ sur la période 2008-2014), répartis de la manière suivante :

  • une aide budgétaire directe de 16 M€ (150 M€ sur la période 2008-2014, l’Autorité palestinienne étant le premier récipiendaire au monde de l’aide budgétaire française) qui contribue activement à la consolidation des institutions du futur Etat palestinien et au paiement des salaires des fonctionnaires, notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé en Cisjordanie et à Gaza ;
  • une coopération mise en œuvre par l’Agence française de développement (AFD), au travers notamment d’un financement de projets de développement pour un montant de 11 M€ (137 M€ sur la période 2008-2014) dont 6M€ alloués au programme de développement municipal visant à organiser le financement des investissements des collectivités palestiniennes ; 5M€ alloués au projet de « développement local en zone C » ayant pour objectif de soutenir les populations fragilisées en leur permettant d’œuvrer de façon autonome à l’amélioration de leurs conditions de vie.
  • une aide humanitaire et aux réfugiés (via l’UNRWA) de 6,4 M€ (plus de 60M€ sur la période 2008-2014 dont 3M€ en 2014 consacrée à l’aide d’urgence pour répondre à la crise de Gaza) ;
  • une action portée par le Service de coopération et d’action culturel du consulat général de France à Jérusalem, d’un montant de 2,5 M€ autour de quatre axes sectoriels : culture et médias ; enseignement du français ; coopération universitaire et institutionnelle ; coopération avec la société civile.
  • La coopération décentralisée est par ailleurs en pleine expansion : elle concerne aujourd’hui 64 collectivités territoriales françaises, 60 partenaires palestiniens et 138 projets pour un montant annuel évalué à près de 3M€.

La France et l’Autorité palestinienne accordent une attention particulière au développement de leurs relations économiques, comme le montre le projet de Zone industrielle (ZI) de Bethléem, que le Ministre de l’Economie a inauguré le 7 septembre lors de sa visite dans les Territoires palestiniens, (voir le site du consulat de France à Jérusalem). Il s’agit à ce jour du seul projet de ZI dans les Territoires palestiniens à connaître des avancées concrètes. Il existe en outre entre la France et l’Autorité palestinienne un protocole de don (« French Grant ») financé par le ministère des Finances (ligne de 10 M€), visant à soutenir l’acquisition, par des PME palestiniennes, de matériel industriel français et qui permet d’appuyer le développement des flux bilatéraux. Enfin, l’AFD intervient également pour soutenir le développement du secteur privé, via la fourniture de garantie des emprunts ARIZ (dispositif de partage de risque del’AFD) pour un montant de 38 M€ de prêts couverts, un projet cluster de soutien à la structuration de filières industrielles (5 M€) et un programme de modernisation des entreprises (5 M€).

La France est enfin très attachée au projet de lycée français de Ramallah, promu par le Président de la République lors de sa visite dans les territoires palestiniens en 2013. Ce projet est appelé à devenir la pierre angulaire de notre coopération éducative et linguistique ainsi que le vecteur privilégié de la francophonie en Palestine. La France souhaite qu’il se concrétise prochainement.

Pour en savoir plus :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/defense-et-securite/crises-et-conflits/proche-orient/article/que-fait-la-france-pour-les-territoires-palestiniens-10-09-15

Dernière modification : 13/09/2015

Haut de page