Offre de financement de 300M€ pour la phase 3 ligne 3 du métro du Caire

L’Agence Française de Développement (AFD) a approuvé début 2012 un prêt concessionnel de 300 M € à la République Arabe d’Egypte, pour le financement de la phase 3 de la ligne 3 du Métro du Caire. Après l’inauguration récente de la phase 1 de la ligne 3 (qui relie Attaba à Abbassia) et les travaux en cours pour la phase 2, cette décision, une fois étudiée et approuvée par les autorités égyptiennes, pourra contribuer à la poursuite de cet important programme d’amélioration des transports publics.

Depuis le début de son intervention en Egypte, l’AFD a contribué à l’amélioration des transports urbains à travers de multiples interventions : contribution à la construction de la ligne 3 (phases 2 et 3), appui en subvention à ECM, la compagnie d’exploitation du métro, pour l’amélioration de leur planification stratégique, projet de soutien aux transports urbains durables en lien avec l’Agence Environnementale Egyptienne, étude de faisabilité pour un projet de transport collectif à Alexandrie, etc.

Construites depuis le début des années 1980 avec des financements français, les deux lignes du métro du Caire transportent sur 65 km près de 3 M de personnes par jour – soit 17 % de la demande de transport collectif. La troisième ligne, dont la première phase a été inaugurée en mars 2012, acheminera une fois achevée 1,8 M passagers/jour sur un axe Est-Ouest. D’une longueur de 18 km sur les 40 km de la ligne 3, cette phase reliera le centre ville à Zamalek et Giza, à travers deux branches en direction d’Imbaba et de l’Université.

Le plan de financement de ce projet inclut également la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et la Facilité d’Investissement pour le Voisinage (FIV) de l’Union Européenne ainsi que le gouvernement égyptien. L’appel d’offre pour les travaux devrait être lancé en 2012, pour une durée de travaux estimée à 8 ans. Ce projet aura des impacts très importants, à la fois sociaux (les usagers du métro au Caire sont principalement à revenus modestes), économiques (la réduction de la congestion améliore le fonctionnement économique de la ville et les conditions de vie des habitants du Caire) et environnementaux et de santé (réduction de la pollution).

Ce projet représente près de la moitié des engagements de la France pris à Deauville pour l’Egypte en mai 2011 en soutien aux printemps arabes. Depuis 2006, le groupe AFD a approuvé des projets pour un montant avoisinant 700 M € en Egypte.

Dernière modification : 24/04/2012

Haut de page