Libye / Déclaration conjointe des gouvernements allemand, espagnol, américain, français, italien et britannique [ar]

10 août 2016

Les gouvernements de l’Allemagne, de l’Espagne, des États-Unis, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni expriment leur préoccupation face à la tension croissante signalée près du terminal pétrolier de Zueitina, sur la côte centrale de la Libye. Ils expriment leur soutien au gouvernement d’entente nationale pour les efforts qu’il a déployés afin de trouver une solution pacifique aux perturbations touchant les exportations énergétiques de la Libye. Ils soulignent que le contrôle de toutes les installations doit revenir sans condition préalable, sans réserve ni délai aux mains des autorités nationales légitimes reconnues comme telles par la résolution 2259 (2015) du conseil de sécurité des Nations unies. Les gouvernements appellent toutes les parties à s’abstenir de tout acte d’hostilité et à éviter toute action susceptible d’endommager ou de perturber les infrastructures énergétiques de la Libye.

Les gouvernements de l’Allemagne, de l’Espagne, des États-Unis, de la France, de l’Italie, et du Royaume-Uni réaffirment leur total soutien au gouvernement d’entente nationale. Comme souligné par la résolution 2278 (2016) du conseil de sécurité des Nations unies, les institutions financières de l’État libyen et de la National Oil Corporation doivent bénéficier à tous les Libyens. Le gouvernement d’entente nationale doit œuvrer avec la National Oil Corporation pour relancer la production pétrolière afin de reconstruire l’économie libyenne. La reprise des exportations de pétrole est cruciale pour générer les revenus permettant de pourvoir aux besoins essentiels du peuple libyen, notamment en électricité, soins de santé et infrastructures. Il est dans l’intérêt de tous les Libyens d’apporter leur plein soutien aux efforts menés par le gouvernement d’entente nationale pour fournir ces services de base au peuple libyen.

Dernière modification : 10/08/2016

Haut de page