Les French fries, est-ce si French ? [ar]

A l’occasion de l’évènement Good France qui a lieu ce 21 mars partout dans le monde, nos convives auront la chance de goûter à 1001 de nos fameuses spécialités so french... Mais les fries, sont-elles elles si French ?

Mettons rapidement fin au suspense… rangez vos clairons mes amis, les french fries ne sont effectivement pas l’une de nos fiertés gastronomiques nationales. Cependant, les cocoricos peuvent toujours raisonner sur les toits du monde entier, nous n’avons peut-être pas les french fries, mais nous avons une ribambelle de recettes qui mettent la pomme de terre à l’honneur dans nos belles assiettes françaises.

Prenez fourchettes et couteaux, une serviette autour du cou, et partons ensemble à la découverte de nos meilleures spécialités régionales à base de « patates ».


La pomme de terre pont-neuf

JPEG

La pomme de terre pont-neuf est parmi nos spécialités « patatifères » celle qui se rapproche le plus des fameuses French fries. Le pont-neuf, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991 est, contrairement à ce que son nom peut laisser prétendre, le plus vieux pont de Paris. Il fut en effet construit en 1578 ! En plus d’avoir traversé les âges, ce pont a eu son petit rôle à jouer pendant la Révolution française. Un repère à révolutionnaires ? Pas vraiment, mais plutôt un repère à vendeurs de pommes pont-neuf ! Pendant que certains levaient les fourches face aux privilèges de la monarchie, nos petits vendeurs de l’ancêtre de la frite braquaient les leurs contre nos voisins belges en réclamant la parenté de ce petit mets dont nos papilles raffolent depuis déjà plus de 200 ans.

La pomme de terre à la Salardaise

JPEG

Des fines tranches de pommes de terre délicieusement assaisonnées pour un résultat croustillant et fondant à la fois… ça donne l’eau à la bouche n’est-ce pas ? Vous pouvez remercier les habitants de Sarlat pour cette petite merveille culinaire dont ils ont fait don à la gastronomie française. Cette cité médiévale qui s’est développée autour d’une grande abbaye bénédictine d’origine carolingienne est la capitale du Périgord Noir et est le site touristique le plus fréquenté de Dordogne. Elle est effectivement classée ville d’art et d’histoire, recelant la plus forte densité de monuments historiques classés ou inscrits au monde, rien que ça ! Alors si vous y passez, pensez entre deux visites à vous attabler dans l’un de leurs petits restaurants du pays et goûtez-y leurs fameuses pommes de terre accompagnées d’un délicieux poulet confit. Et psst… au passage, il paraît que c’est aussi le pays du foie gras, alors vous savez quoi manger le lendemain si vous y restez deux jours !

La pomme dauphine

JPEG

La légende raconte que cette recette est née d’un retard au sang royal… celui du Dauphin Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte qui obligea un beau jour de 1864 le cuisinier du palais à arrêter la cuisson d’une préparation à base de pommes de terre. Une fois sa Majesté le Dauphin arrivé, le cuisinier reprit sa cuisson et quelle ne fut pas sa surprise de voir ses belles patates gonfler… La pomme dauphine était née. Pas grand-chose à voir avec la région du Dauphiné, sinon l’histoire du titre de Dauphin, mais rien ne vous empêche de découvrir cette belle région de France, gambader au Parc national des Écrins ou encore assister comme chaque juillet depuis 1977 au Festival International de Folklore « cultures et traditions du monde ».

Le gratin dauphinois

JPEG

Le premier gratin dauphinois de l’histoire de France remonte selon les spécialistes en gratin (nous concédons qu’ils sont peu nombreux) au 12 juillet 1788 (mais ils sont précis). Il aurait été servi aux officiers municipaux de la ville de Gap par le duc de Clermont-Tonnerre, lieutenant général du Dauphiné. Perpétuant la tradition de servir ce délicieux plat à un grand comité, une bande de fous du gratin ont réalisé le plus grand gratin dauphinois au monde en 2010 : 3 tonnes de pommes de terre, 300 litres de crème et 5 kilos d’ail… si avec ça vous avez encore faim ! Un bel hors-d’œuvre qui en tout cas à dû ravir les papilles des vacanciers qui se trouvaient alors à la station de sports d’hivers de l’Alpe d’Huez dans l’Isère. Avec un peu de chance, le record sera remis en jeu lorsque vous y serez aussi !

Dernière modification : 21/03/2016

Haut de page