Le système politique égyptien

Les autorités égyptiennes ont achevé les trois étapes de la transition prévues par la feuille de route du 8 juillet 2013. Une nouvelle constitution a été adoptée par référendum, les 14 et 15 janvier 2014, avec un taux d’approbation de 98,1% et un taux de participation de 38,6%. Lors du scrutin des 26-28 mai 2014, l’ancien ministre de la défense, Abdel Fattah Al Sissi, a été élu président de la République avec 96,9% des suffrages face à Hamdine Sabbahi ; la participation s’est élevée à 47,5%. La transition s’est achevée avec les élections législatives, qui se sont tenues en deux étapes entre le 17 octobre et le 2 décembre 2015. La coalition « Pour l’Amour de l’Egypte », qui regroupe des candidats indépendants et des partis favorables au président Al Sissi, a remporté la totalité des 120 sièges pourvus au scrutin de liste. Sur les 596 sièges du parlement, 60 % ont été remportés par des candidats indépendants. Le taux de participation s’est élevé à 28% (55% aux dernières législatives de 2011).

Les Frères musulmans, qui continuent de rejeter les nouvelles autorités et d’exiger le rétablissement de M. Morsi, ont été ostracisés de la vie politique et qualifiés par décision judiciaire d’ « organisation terroriste » en décembre 2013. Leur haute hiérarchie est en prison dans sa quasi-totalité et des rumeurs font état de dissension entre la hiérarchie exilée et les cadres restés en Egypte. Par ailleurs, plusieurs activistes de la révolution de 2011 et des défenseurs des droits de l’Homme ont été arrêtés et condamnés ces derniers mois, notamment en vertu de la loi sur les manifestations de novembre 2013. Cette loi et plusieurs autres, en particulier sur la lutte contre le terrorisme, ont suscité la préoccupation des associations et de la communauté internationale.

Enfin, la situation sécuritaire a tendance à se stabiliser avec une baisse du nombre des actions terroristes, à l’exception de la situation au Nord-Sinaï où le groupe Ansar Beit al-Maqdis, rebaptisé « Province du Sinaï » après son allégeance à Daech en novembre 2014, revendique de nombreux attentats malgré une campagne militaire de grande envergure. Le groupe a notamment revendiqué être à l’origine du crash de l’avion de la compagnie russe Metrojet le 31 octobre 2015 (l’enquête officielle se poursuit). Les attaques terroristes ont également frappé à plusieurs reprises le reste du pays (assassinat du procureur général le 29 juin 2015, attentat contre le consulat italien le 11 juillet 2015 au Caire).

Dernière modification : 30/05/2016

Haut de page