Le programme Lauer-Ghoneim

Un nouveau programme qui souhaite raviver le souvenir de la collaboration de l’architecte français et de l’égyptologue égyptien, et encourager les projets de coopération franco-égyptienne dans le domaine de l’archéologie, de l’égyptologie, de la muséologie et du patrimoine.

JPEG
Arrivé sur le site de Saqqarah en 1926, Jean-Philippe Lauer (1902-2001) a consacré sa vie à reconstituer les réalisations monumentales d’Imhotep pour le pharaon Djoser. Maître de l’anastylose, il imposa une approche patrimoniale des monuments et des sites.

Le nom de Muhammad Zakaria Ghoneim (1905-1959) reste associé à la découverte de la chambre funéraire et du tombeau d’albâtre de la pyramide à degrés du roi Sekhemkhet.

Ensemble, par leurs travaux de terrain et leurs publications, ils offrirent une contribution majeure à l’histoire de l’architecture des pyramides.

Le programme Lauer-Ghoneim veut raviver le souvenir de la collaboration de l’architecte français et de l’égyptologue égyptien, et encourager les projets de coopération franco-égyptienne dans le domaine de l’archéologie, de l’égyptologie, de la muséologie et du patrimoine.

Géré par le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en République arabe d’Egypte et financé par le Ministère des Affaires étrangères français, ce programme comprend des missions et des invitations pour développer l’échange d’expertise, des cours de français sur objectif spécifique (FOS) et des bourses de court séjour en France.

Dans le cadre de ce programme, un inspecteur du gouvernorat du Sinaï en thèse de doctorat est actuellement à la Sorbonne.

Ce programme concerne prioritairement les personnels du Ministère des Antiquités engagés dans des travaux avec les équipes archéologiques françaises en Egypte et dans les programmes de formation continue proposés par l’Institut français d’Egypte en partenariat avec l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), le Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK), le Centre d’études alexandrines (CEalex) et la Mission archéologique française de Thèbes-Ouest (MAFTO).

Dernière modification : 15/09/2014

Haut de page