Le CEDEJ a participé au « National Urban Forum » en Egypte

Du 14 au 16 juin 2015 s’est tenu le premier « National Urban Forum » en Egypte. L’événement, organisé par ONU-Habitat, le ministère du Logement (Moustafa Madbouli) et le ministère du Développement urbain (Leila Iskander), s’est tenu à l’hôtel Marriott du Caire et au parc Al-Azhar. Il a rassemblé plus de 1000 personnes sur les 3 jours selon les organisateurs, dont 600 pour la seule journée du 14 juin.

JPEG

Outre les sessions plénières et parallèles (près d’une trentaine sur les thèmes suivants : urban planning, urban governance and legislation, urban housing, urban service delivery, urban economy), des expositions artistiques et des visites de site (centre-ville, vieille ville, quartiers informels, villes nouvelles) ont été proposées aux participants.

Cet événement s’inscrit dans la continuité du cycle de séminaires « Egypt Urban Futures » organisé entre 2011 et 2014 à l’Institut Français d’Egypte par le CEDEJ, GIZ et ONU-Habitat (voir un compte-rendu ici).
L’objectif commun à ces événements : le renforcement du dialogue inter-acteurs (pouvoirs publics, opérateurs privés, bailleurs internationaux, universitaires, sociétés civiles) autour des questions de développement urbain en Egypte.

Le succès du National Urban Forum mérite d’être souligné pour trois raisons principales.

  • Premièrement, sa préparation plusieurs mois avant la date de l’événement a donné lieu à des échanges très constructifs autour d’un large comité de pilotage. On notera que deux des bureaux d’études en urbanisme parmi les plus dynamiques depuis la révolution de 2011, Cluster et 10 Tooba, se sont vus proposer un partenariat technique. De nombreuses réunions ont été organisées au Caire et en province visant à fédérer les acteurs clés du pays, garants du succès de l’événement.
  • Deuxièmement, les organisateurs, en lien avec les modérateurs de sessions, ont rédigé, à l’issue de l’événement, une « déclaration finale » reflétant les enjeux prioritaires de l’urbanisation en Egypte. Cette déclaration constituera la position officielle de l’Egypte lors de la conférence « Habitat III » des Nations Unies qui se tiendra en 2016 à Quito (Equateur) et qui devrait aboutir à un nouvel agenda urbain mondial dans le contexte de la multiplication des injonctions liées au développement durable (agenda de développement post-2015, COP 21, etc.).
  • Troisièmement, la mutualisation des réseaux de chacune des parties prenantes au comité de pilotage et la capitalisation de l’expérience en matière de débats et dialogues urbains organisés en Egypte depuis 2011, ont favorisé les interactions entre les participants. La dimension « forum » de l’événement a donc réellement fonctionné. Les sessions, organisées en tables rondes, ont permis à l’ensemble de la communauté des acteurs urbains de s’exprimer, des ministres et vice-ministres, particulièrement nombreux, jusqu’aux membres de « comités populaires » agissant à l’échelle du quartier, en passant par les universitaires et les activistes. Les débats avec la salle et les journalistes ont été particulièrement riches et animés.

Finalement, le premier National Urban Forum organisé en Egypte constitue un aboutissement des initiatives de fertilisation croisée organisées depuis la révolution de 2011 par des acteurs internationaux (CEDEJ, GIZ, ONU-Habitat notamment) mais aussi par des institutions égyptiennes (Université du Caire, AUC, Housing and Building Research Center, etc.), impliquées dans les questions d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Il s’inscrit également dans un contexte de reprise en main des affaires urbaines par le pouvoir égyptien, notamment visible à travers le lancement de grands projets très ambitieux (voir la revue de presse du CEDEJ sur le projet de nouvelle capitale ici), le développement des infrastructures et la création de nouvelles institutions publiques (ministères du Développement urbain et de la Population par exemple).

Dernière modification : 18/06/2015

Haut de page