Hommage à Gamal al-Ghitani [ar]

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication et Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe ont tenu à rendre hommage à l’illustre écrivain Gamal al-Ghitani.

JPEG

Hommage de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à Gamal al-Ghitani

« L’illustre écrivain Gamal al-Ghitani vient de disparaître à l’âge de soixante-dix ans. L’Egypte perd une grande voix. La France, un ami.

A dix-sept ans, alors qu’il était un humble dessinateur de tapis dans le vieux Caire, il s’était lancé dans l’écriture pour ne plus jamais la quitter. Il maniait la plume avec la même virtuosité que le crayon, mais toujours au service de son pays. Que ce soit comme romancier, critique littéraire ou reporter de guerre, il défendait l’honneur du patrimoine arabe.

C’est parce qu’ils étaient le reflet de l’âme égyptienne, que des livres tels que Zayni Barakat ou Le Livre des illuminations ont touché les lecteurs du monde entier. La France qui l’avait fait Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et qui lui avait décerné un prix de l’amitié franco-égyptienne, ne l’oubliera pas. »

Hommage de Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe

« J’apprends avec émotion la disparition du grand romancier égyptien Gamal Al-Ghitani.

Il laisse une oeuvre riche et prolifique, traduite en plusieurs langues, et notamment en français. Il avait également créé et dirigé la grande revue littéraire égyptienne « Akhbar al-Adab ».

C’était un ami de l’IMA où il est intervenu à de nombreuses reprises. »

Dernière modification : 02/11/2015

Haut de page