Diplomatie française et archéologie

La contribution de l’archéologie à la diplomatie française est ancienne et établie. Vecteur de dialogue avec les sociétés civiles et les autorités, les missions de recherche soutenues par le ministère des Affaires étrangères et européennes contribuent à la connaissance des sociétés et des territoires des pays partenaires ainsi qu’à la formation des cadres et des chercheurs nationaux.

L’archéologie est aussi, au plan international, un instrument du rayonnement scientifique de la France. En ce sens, la reconnaissance internationale de l’archéologie française tient à la qualité de travaux scientifiques conduits aujourd’hui avec les pays hôtes.

Avec l’accélération des échanges liée à la mondialisation, l’archéologie fait face à des enjeux dans lesquels la diplomatie joue un rôle central : le sauvetage des hauts lieux de civilisation menacés par le changement climatique ou les hommes, le maintien du dialogue avec les peuples, la formation de spécialistes du patrimoine qui assureront localement la relève.

L’archéologie est enfin un élément déterminant des politiques de valorisation économique du patrimoine culturel. Les sites archéologiques emblématiques constituent des ressources pour un développement durable des territoires.

La France occupe une place de premier plan en archéologie à travers des instituts et laboratoires franco-égyptiens présents dans le pays : Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), Centre d’études alexandrines, centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak, mais également à travers la quarantaine de missions de fouilles françaises (Saqqarah, Tanis, Ramesseum etc.) qui se succèdent chaque année.

Dernière modification : 29/02/2016

Haut de page