Conférence sur « Le verre dans l’Egypte gréco-romaine »

L’Institut français à Alexandrie accueille, le lundi 24 juin 2013, à 19h, une conférence sur « Le verre dans l’Egypte gréco-romaine ». Cette conférence qui intervient dans le cadre des soirées du CEAlex à l’Institut français, sera animée par Marie-Dominique Nenna.

Depuis une quinzaine d’années, l’étude du verre antique a fait des progrès considérables aussi bien dans le domaine des conditions de production, que dans celui des objets finis, vaisselle de table, flaconnage et petit mobilier. On a en effet reconnu que les tâches de production se divisaient en deux étapes avec d’un côté les ateliers dits primaires qui produisent la matière brute à partir de deux composants, le sable et le fondant, et de l’autre les ateliers dits secondaires qui refondent le verre brut pour en faire des objets. Jusque vers les années 30 av. J.-C., production du verre brut et production d’objets finis restent l’apanage de la partie orientale de la Méditerranée. Avec l’invention du verre soufflé, d’objet de luxe, le verre devient un matériau commun et la diffusion de la technique elle-même s’opère dans l’ensemble de l’Empire. L’Égypte joue un rôle important dans l’histoire de ce matériau, aussi bien comme centre de production de matière brute, que comme centre d’élaboration de techniques raffinées. Les récentes fouilles dans le Wadi Natrun montrent que l’on a fabriqué du verre brut en Égypte dans des fours à réverbère de grande taille dès le début de l’époque impériale, en des volumes inconnus jusque là. Dans les ateliers secondaires, à côté de verreries communes, on produisait des verreries de luxe aux techniques traditionnelles (verre mosaïqué) ou nouvelles (verre gravé, verre peint) qui ont été exportées dans l’ensemble de l’Empire.

Dernière modification : 23/06/2013

Haut de page