« Combattre la contrefaçon et façonner l’avenir »

Lors de la conférence de presse intitulée « Combattre la contrefaçon et façonner l’avenir », organisée par Sanofi le 3 novembre 2015 au sein de l’Ambassade de France en Egypte, la société française a présenté sa technologie « Mobile authentification service (MAS) », qui permet aux clients de vérifier l’authenticité du médicament acheté. L’évènement a bénéficié d’un soutien politique de haut niveau : l’Ambassadeur de France en Egypte, M. André Parant, a prononcé le discours d’introduction et le ministre égyptien de la Santé et de la Population, M. Ahmed Radi, s’est exprimé sur la lutte contre la contrefaçon des produits pharmaceutiques.

JPEG

Présente en Egypte depuis 1961 ans et employant plus d’un millier de personnes dans le pays, Sanofi est un des leaders du marché pharmaceutique égyptien. L’activité de la société se concentre sur les maladies lourdes (leader sur le marché des produits contre le diabète) et les vaccins (leader sur le marché des produits contre la grippe).

Sanofi contribue fortement à la hausse des exportations françaises de produits pharmaceutiques en Egypte, d’une valeur de 127 M EUR au premier semestre 2015, soit 30% de plus qu’au premier semestre 2014. Les produits pharmaceutiques représentent désormais le deuxième poste d’exportations françaises en Egypte derrière le blé.

Le lancement par Sanofi de la technologie « Mobile authentification service (MAS) » sur deux de ses produits vise à renforcer la traçabilité des médicaments. Ce système permet au client de vérifier l’authenticité du produit acheté en envoyant gratuitement le code inscrit sur la boite par SMS puis d’avoir accès à un centre d’appel également gratuit.

Le développement de la contrefaçon des produits pharmaceutiques est un vrai fléau pour l’Egypte. Le trafic prenant désormais une dimension mondiale, la présence produits pharmaceutiques contrefaits sur le marché égyptien est croissante.

Les citoyens égyptiens sont fortement exposés aux dangers du développement des produits falsifiés, notamment parce qu’ils se répandent désormais sur le marché du traitement des maladies cardio-vasculaires, première cause de mortalité dans le pays, et du diabète, qui touche 8 millions d’Egyptiens.

Dernière modification : 15/11/2015

Haut de page